Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GD SP FO 01

GD SP FO 01

GROUPEMENT DÉPARTEMENTAL FO DES SERVICES PUBLICS DE L'AIN (01)

Publié le par Rodrigue Brouilliard

MANIFESTATION DES FONCTIONNAIRES A BOURG EN BRESSE

500 à 600 manifestants (fonctionnaires territoriaux, état, hospitaliers, postiers...) à Bourg en Bresse ont défilé sur la base de l'appel commun FO 01 et CGT 01 :

Le retrait du pacte de responsabilité et de la réduction des 50 milliards d’euros de dépenses publiques qui l’accompagnent,

L’arrêt de la MAP (suite de la RGPP) responsable notamment des suppressions d’effectifs liées au redéploiement et de la dégradation des conditions de travail

L’augmentation immédiate de 8 % de la valeur du point d’indice (pour rattraper l’inflation depuis 2010 date du gel du point)

Une délégation FO, CGT et FSU a été reçue en préfecture de Bourg en Bresse (Rodrigue Brouilliard pour FO Territoriaux de l'Ain, Denise Valençon pour FO santé, Roland Mirguet pour FO Fonction publique d'État) pour porter les revendications.

SYNTHÈSE DE L'INTERVENTION FO TERRITORIAUX DE L'AIN LORS DE L'AUDIENCE EN PREFECTURE SUITE A LA MANIFESTATION :

Rodrigue Brouillard secrétaire général du groupement FO des Territoriaux de l'Ain et secrétaire général FO du conseil général de l'Ain a dénoncé les 50 milliards d'économie programmés sur le dos des services publics, les 30 milliards de cadeaux donnés sans aucune contrepartie, sans oublier la non récupération par le gouvernement des 78 milliards d'évasion fiscale.

Le responsable FO des territoriaux s'est insurgé de la destruction programmée par le gouvernement des départements et la réduction de moitié des régions... s'inquiétant pour le devenir des agents qui sont rattachés à ces collectivités locales.

FO a évoqué également la forte inquiétude des agents du SMT, fonctionnaires d'Etat, qui devraient opter ou non pour l'intégration au Conseil général de l'Ain, alors même que cette collectivité est menacée de disparaitre.

FO a dénoncé les méfaits de la loi Sauvadet pour les contractuels qui perdent leur emploi tous les 2 ans.

Et que va devenir la promesse d'embauche en tant que fonctionnaire faite par le conseil général de l'Ain pour les emplois d'avenir au bout des 3 ans d'activité ?

FO a dénoncé l'extrême précarité statutaire pour les assistants familiaux pouvant perdre leur emploi suite à un simple appel téléphonique portant anonymement une suspicion de maltraitance. Ces familles d’accueil ne bénéficient même pas de la protection fonctionnelle et perdent toutes ressources financières au bout de quatre mois.

FO a revendiqué l’augmentation immédiate de 8 % de la valeur du point d’indice (pour rattraper l’inflation depuis 2010 date du gel du point).

FO a conclu cette audience avec le directeur du cabinet de la préfecture de l'Ain en indiquant les difficultés non négligeables des organisations syndicales du conseil général de l'Ain à exercer correctement l'information et la défense du personnel. En prostestation à ce dysfonctionnement, les syndicat FO CG01 ET CGT CG01 ont boycotté le comité technique paritaire.

Le directeur de cabinet du Préfet s'est engagé a faire remonter auprès du préfet toutes les inquiétudes et situations concrètes exposées par la délégation.

Vous trouverez ci-dessous la déclaration FO faite lors de la manifestation du 15 mai 2014 :

Intervention de Nicolas DUSSUYER pour l’Union Interfédérale des Agents de la Fonction Publique FORCE OUVRIERE de l’Ain

J’interviens ici au nom des syndicats FORCE OUVRIERE de fonctionnaires et de personnels assimilés aux fonctionnaires.

Aujourd’hui, 15 mai, une seule question nous est posée, à nous fonctionnaires et au-delà, à tous les salariés et aux retraités également.

La question qui nous est posée est la suivante : combien de temps cette situation va t –elle encore durer ?

Autrement dit, que faut – il faire pour que cela cesse ?

Que faut –il faire pour arrêter la furia destructrice des gouvernants aux ordres des marchés financiers et de l’Union Européenne ?

Cette situation, vous la connaissez tous !

Cela fait 5 ans que notre point d’indice est bloqué.

Cela a commencé sous le gouvernement de M.FILLON, cela a continué avec le gouvernement de gôche.

Et le nouveau premier ministre issu de la déroute gouvernementale aux municipales, M. VALLS annonce que, dans le cadre du pacte de responsabilité, il va continuer à bloquer ce point d’indice pour les 3 prochaines années, pour commencer.

Cela fait 5 ans, depuis 2010, que nos salaires stagnent et même diminuent du fait de l’augmentation de la cotisation retraite en application d’ailleurs de la réforme des retraites de M.FILLON qu’ont confirmé et aggravé les gouvernements de gôche.

Et pourtant tout le monde le sait : la seule manière de relancer l’économie, de créer des vrais emplois, c’est d’augmenter la consommation et donc d’augmenter les salaires !

Cela fait des années que, sous les injonctions de l’Union Européenne, les services publics sont remis en cause, détricotés, fermés pour faire la place à la privatisation et aux appétits des actionnaires prédateurs.

Et le gouvernement de M. VALLS, dans le cadre du pacte de responsabilité, au nom des 50 milliards d’économies prévus sur le dos des salariés, au nom des subventions à hauteur de 38 milliards promises aux patrons, ce gouvernement, a décidé d’accélérer encore les processus.

Il remet en cause le bon fonctionnement des hôpitaux en continuant à supprimer des services entiers et des milliers de lits d’hôpitaux

Il remet en cause le bon fonctionnement de l’école publique, à travers notamment les décrets PEILLON – HAMON sur les rythmes scolaires, mais aussi les fermetures de classes, notamment en milieu rural.

Ce gouvernement remet en cause les services des finances publiques, dont les centres ferment les uns après les autres.

Il remet en cause tous les services publics en appliquant la bien mal nommée « Modernisation de l’Action Publique » synonyme de milliers de suppressions d’emplois.

Ce gouvernement a décidé d’accélérer la destruction en envisageant non seulement la remise en cause du statut de fonctionnaire d’Etat mais aussi celui de fonctionnaire hospitalier, mais aussi le statut de fonctionnaire territorial.

Et pour ce faire il a repris le flambeau des chouans, le flambeau des ennemis de la République.

Il vient d’annoncer à travers un projet de loi présenté en conseil des ministres hier, qu’il voulait supprimer les départements qui sont des produits de la révolution française et qu’il voulait réduire le nombre de régions.

En fait, le gouvernement s’apprête à porter un coup fatal à la République et à la démocratie, à tous les services publics garants de l’égalité des droits sur tout le territoire national.

Le gouvernement s’apprête à porter un coup fatal à toute la règlementation nationale, au droit du travail national, aux statuts nationaux, pour revenir à l’ancien régime, celui des provinces du moyen âge.

L’unique objectif d’une telle réforme, c’est de réaliser encore et toujours des économies de l’ordre de 20 milliards par an, quelles qu’en soient les conséquences pour les populations, privées des services publics, c’est à dire de l’accès à la civilisation.

Et comme il est question de liquider les services publics, on s’en prend aux fonctionnaires :

  • des fonctionnaires qui sont jetés à l’opprobre de l’opinion publique,
  • des fonctionnaires qui sont traités de nantis et de fainéants,
  • des fonctionnaires que l’on rend responsables de la dégradation des services publics.

Or, les vrais responsables du saccage des services publics c’est la sinistre RGPP (Révision générale des politiques publiques) de droite et la non moins sinistre MAP (Modernisation de l’Action publique) de gôche.

Les fonctionnaires, voilà l’ennemi des gouvernements successifs car ils coûtent trop cher à l’Etat et aux collectivités et ils empêchent les marchés financiers de s’engraisser en proposant des services lucratifs grâce à la privatisation des services publics.

Alors dans ces conditions, à FORCE OUVRIERE, ce que nous avons revendiqué le 18 mars, puis le 1er mai avec la CGT et la FSU, nous continuons à le revendiquer aujourd’hui :

  • nous revendiquons avec la CGT le retrait du pacte de responsabilité et de la réduction des 50 milliards d’euros de dépenses publiques qui l’accompagnent,
  • nous revendiquons avec la CGT l’augmentation immédiate de 8 % des traitements et salaires des fonctionnaires et retraités ce qui correspond au chiffre de l’inflation depuis 2010, année de blocage du point d’indice,
  • nous revendiquons avec la CGT l’arrêt de la MAP responsable des suppressions d’effectifs et de la dégradation des conditions de travail,
  • nous revendiquons avec la CGT le rejet de tous les actes de décentralisation supplémentaires qui auraient pour objectif de faire disparaitre les départements ou diminuer le nombre de régions avec leurs conséquences désastreuses en terme d’abandon des missions et de statut des personnels,
  • nous revendiquons avec la CGT l’abandon de la loi HPST (Hôpital Patient Santé Territoire)

Alors la question est maintenant posée : et si le gouvernement ne cède pas, s’il continue à vouloir faire payer aux fonctionnaires ainsi qu’à tous les salariés les cadeaux royaux faits aux patrons.

Si ce gouvernement, comme cela se passe en Grèce, en Espagne et ailleurs, continue à bloquer nos salaires, à refuser de nous augmenter, à détruire la République et les services publics, alors :

  • Y a-t-il une autre solution que d’arrêter le travail une bonne fois pour toute ?
  • Y a-t-il une autre solution que de constituer un vrai rapport de force ?
  • Y a t-il une autre solution que de faire la grève, la vraie ?

A FORCE OUVRIERE, nous la préparons cette grève.

C’est pourquoi nous vous appelons à vous réunir aujourd’hui, demain ou dans les jours qui viennent en assemblées du personnel, syndiqués, non syndiqués, avec tous les syndicats qui rejettent le Pacte et ses corolaires : le gel des salaires et la liquidation des services publics et des statuts.

Oui, aujourd’hui l’heure est à la préparation et à la réalisation de la grève générale pour mettre un coup d’arrêt à cette spirale infernale, broyeuse des salaires, des droits et des conditions de travail des salariés.

Jean-Claude MAILLY - Secrétaire Général Force Ouvrière s'exprime : "Il y a un risque réel de disparition de missions de service public et, à la clé, de licenciements de contractuels notamment ceux qui travaillaient dans les conseils généraux s'ils disparaissent. Nous demandons un vrai débat sur l'avenir des services publics".

Commenter cet article